Intercommunalité : grogne et inquiétudes

Dans chacun de nos départements, communes et communautés livrent en ce moment leurs avis sur les Schémas Départementaux de Coopération intercommunale élaborés par les Préfets. Les situations sont très différentes d’un territoire à l’autre. Grâce à des Préfets attentifs et ouverts, grâce à une anticipation des élus sur leur carte intercommunale, les évolutions ne poseront pas de difficultés dans un certain nombre de départements.

Mais il en sera différemment dans d’autres où une grogne légitime des élus se fait entendre. Grogne contre l’élaboration à marche forcée de nouveaux périmètres alors que l’intercommunalité doit reposer d’abord sur un projet et des compétences partagés.

Partout nous relevons les mêmes inquiétudes légitimes, en l’absence de projections financières associées aux schémas. Inquiétudes sur le devenir des compétences partagées. Inquiétudes sur la gouvernance des nouveaux EPCI fusionnés.

Alors que les élus étaient majoritairement acquis à la nécessité de l’achèvement de la carte intercommunale, devant ces inquiétudes sans réponses, nos communes et communautés émettent par milliers des avis négatifs motivés.

Par précipitation et impréparation, c’est le fait intercommunal que l’on brutalise et fragilise.

Acteurs engagés dans tous leurs territoires, les élus démocrates partagent ces inquiétudes et s’inquiètent d’un calendrier et d’une méthode qui malmènent une construction intercommunale qui nous est chère.

Ce calendrier contraint tiendra-t-il ? Les Préfets arrêteront-ils de nouveaux périmètres intercommunaux en pleine campagne présidentielle ? On peut légitimement en douter.

Je vous propose d’échanger de nouveau sur cette question les 16, 17 et 18 septembre prochains.

Je vous invite, ci-contre, à vous inscrire au séminaire de formation de l’IFED.

Pour tous les élus locaux, rendez-vous à Giens.

 

Bien fidèlement

Jacqueline GOURAULT

Présidente de l'IFED